BAGARRE ENTRE LES UTUDIANTS DE L’UNIVERSITE DE GOMA ET CEUX DE L’ISTA, PLUSIEURS BLESSES

Et pourtant il y a longtemps que cet acte dit bleusaille été bannit par les étudiants eux même.

 Au début de cette année académique, beau nombre des universités de la place avaient optés la bleusaille intellectuelle. Par exemple à l’ULPGL tous les nouveaux étudiants recevaient le cours moral de la part de leurs grands frères scientifique, où on les apprenait la vie académique et que l’universitaire est un respectueux partout suite à ses comportements digne.

Répondant aux questions des journalistes le maire de la ville a bannit l’acte poses par certains étudiants à l’égard des nouvelles filles.

 Comme les heures avancent, les versions aussi changent. Selon M. Joël MALEMBE président des étudiants de l’UNIGO, la fille victime aurait refusé l’amitié d’un garçon qui la draguait qu’elle a afin trouvé ancien à l’université et ce dernier voulait se venger en déchirant la blouse de la fille.

 Pour M. Charles MUMBERE président des étudiants de l’ISTA au cours d’une interview qu’il a accordé à la Radio Kivu1 il a lancé l’appel au dialogue afin que les cours puissent reprendre dans la quiétude.

 Au moment où nous accouchons cette dépêche, le président des étudiants de l’UNIGOM demande la séparation de deux institutions qui occupent le même bâtiment et ça fait maintenant une semaine sans cours à ce bâtiment qui héberge six institutions universitaire.

Blessé de l'UNIGOMBien que les bonne choses ne durent pas longtemps, pour les uns c’était la joie au moment où les détracteurs de l’évolution positif trouvent l’action comme une tristesse. Quelle est a été la gâchette des échauffourées entre les étudiants de l’Université de Goma (UNIGOM) et leurs camarades de l’Institut Supérieur des Techniques Appliqués (ISTA)? Selon les étudiants de l’UNIGOM qui regorge presque la moitié des étudiants de la ville de Goma, au cours de la journée du 1 Novembre une étudiante s’est vu ses habits déchirés par ses aines camarades de l’ISTA et reste torce nue !!! Chose drôle pour tout le monde car jamais les seins de la femme ne doivent pas être étale publiquement, et comme les amis de l’ISTA selon un étudiant de l’UNIGOM n’ont même pas voulu des reproches, les deux parties se sont séparés d’une manière chien et chat. Au lendemain, une autre fille étudiante cette fois ci une ancienne communément appelle POILE s’est vue aussi ses seins à la portée de tout le monde et les brigadiers de l’ISTA qui se sont préparés au bagarres selon la même source, ont envahis leurs camarades par les armes blanches (couteaux, tourne vice, clous…) Sauve qui peut, coup de box, gifle, couteau, …Ni t’était l’intervention du maire de la ville de Goma et la police qui a dispersé la foule et calme les émotions le pire allait s’annoncer.les blessures de tout genre
une etudiante interné à l’hopital après les bagarres

Comme les heures avancent, les versions aussi changent. Selon M. Joël MALEMBE président des étudiants de l’UNIGO, la fille victime aurait refusé l’amitié d’un garçon qui la draguait qu’elle a afin trouvé ancien à l’université et ce dernier voulait se venger en déchirant la blouse de la fille. Pour M. Charles MUMBERE président des étudiants de l’ISTA au cours d’une interview qu’il a accordé à la Radio Kivu1 il a lancé l’appel au dialogue afin que les cours puissent reprendre dans la quiétude.

 Au moment où nous accouchons cette dépêche, le président des étudiants de l’UNIGOM demande la séparation de deux institutions qui occupent le même bâtiment et ça fait maintenant une semaine sans cours à ce bâtiment qui héberge six institutions universitaire.

 sé: Musafiri Mulopwe Mustafa Kemal

Publicités